la course aux hydrocarbures paraît officiellement lancée à l’échelle internationale. Solde Sac Longchamp

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Pour MarieClaire Cailletaud, de la fédération nationale des mines et de l’énergie CGT, la France ne doit ni renoncer à l’exploitation de ses ressources ni se précipiter. La France est prise entre deux feux : réduire sa dépendance aux importations de gaz et diminuer ses émissions de CO. Quelles décisions cela impliquetil en matière d’exploitation de gaz de schiste ? En , la fracturation hydraulique était présentée comme la seule technologie permettant d’exploiter de façon rentable les gaz de schiste. L’idée s’est depuis émoussée au profit de discours laissant entendre que des voies d’amélioration existent en remplacement de la fracturation hydraulique, interdite par la loi du juillet . Pas une paille, quand cela ouvrirait la voie à l’exploitation du gaz de schiste dans l’Hexagone. La CGT mines énergie ?est contre la fracturation hydraulique et pour la poursuite de la recherche ?en matière de gaz de schiste (). ?Où placezvous votre curseur ? Emmenée par les étatsUnis, la course aux hydrocarbures paraît officiellement lancée à l’échelle internationale. Solde Sac Longchamp
Solde Sac LongchampDisposant de réserves estimées non négligeables, la France n’est pas sans porter un certain intérêt à l’affaire. Le turbulent débat sur l’exploitation des gaz de schiste a été relancé, jeudi, par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst). L’organisme a rallumé la mèche en validant une étude cosignée par le député socialiste Christian Bataille et le sénateur UMP JeanClaude Lenoir. La prospection en cours des différents gisements exploitables de gaz et huiles de schiste à travers le monde permet d’entrevoir l’importante potentialité énergétique de ces matériaux fossiles malgré leurs coûts d’extraction élevés et leurs impacts environnementaux. L’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst) a donné jeudi le coup d’envoi à un rapport qui vise à évaluer les alternatives à la fracturation hydraulique. FNE tient à rappeler que, quelque soit la technique, il s”agit de rendre poreux un milieu, la roche mère, qui ne l’est pas, ce qui présente des risques avéré de pollution des milieux et des nappes phréatiques et de l’atmosphère.Fruit d’une décision prise en juin dernier, lors du Sommet des peuples de Rio, la première action coordonnée mondiale contre les hydrocarbures non conventionnels est prévue pour samedi. Soldes Longchamp Soldes Longchamp Ça devrait péter, et fort. La première action mondiale contre les gaz de schiste doit être déclenchée demain, avec, au programme, près de initiatives prévues dans une vingtaine de pays, dont la France (). Une première, donc, en termes de luttes contre les hydrocarbures non conventionnels, jusqu’alors explorés sur les cinq continents et en des temps divers. Cette fois, les organisations exigeront partout au même moment – nonobstant les décalages horaires – l’arrêt des forages, en projet ou déjà effectifs. Celles de l’hémisphère Nord entendent, en sus, imposer dès maintenant le débat sur la transition énergétique.Mais ce septembre est déjà, en luimême, un aboutissement : celui d’un Sommet des peuples marqué par cette convergence des mouvements antiextractivisme (hydrocarbures et autres minerais inclus), fer de lance d’une bataille ciblant les multinationales. Organisée, on s’en souvient, parallèlement au sommet de la Terre onusien, en juin dernier, la Cupula dos Povos avait réuni des centaines d’organisations internationales, cherchant à définir une autre voie à suivre que celle de l’économie verte. solde sac longchamp pas cher
solde sac longchamp pas cherNon sans mal – un poil chaotique, du point de vue de l’organisation –, le rendezvous avait été pas mal happé par les débats internes aux organisations brésiliennes – il en était ressorti une résolution politique portant sur les droits à défendre (sanitaires, environnementaux et sociaux) et soustendue par la lutte contre les grandes compagnies privées, décriées tant pour leurs agissements que pour le rôle qu’elles jouent dans la financiarisation croissante des ressources.Une parole qui, par ailleurs, laissait entendre des points de convergence avec les mouvements sociaux européens. «Ce sommet aura été dans le sens d’une dénonciation des politiques d’austérité, en ce qu’elles contribuent aux politiques de privatisation des biens communs. Comme en Grèce, où la privatisation des forêts, des accès à la mer, de certaines îles ou de la gestion de l’eau, est en marche», analysait alors Maxime Combes, membre d’Attac et de l’Aitec (). «Il a aussi rejeté les fausses solutions, telles que les régimes de croissance qui nous poussent à une fuite en avant via de grands projets d’infrastructures.» Ou d’exploitation de gaz de schiste, avancés entre autres en Europe, comme un outil de la relance. Au final, les mouvements antiextractivistes rassemblés à Rio avaient retenu la date du septembre pour donner une visibilité planétaire à leur lutte.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>